Les mots qu'on ne me dit pas

Mon avis :

 

Véronique Poulain est née de parents sourds. Dans ce court roman autobiographique, elle nous raconte son enfance et son adolescence auprès de cette famille qui ne l'entend pas et avec laquelle elle apprend à communiquer autrement.

Un quotidien loin d'être évident, surtout à l'adolescence, surtout lorsqu'on est une grande bavarde.

Si l'idée est intéressante et la 4ème de couverture très alléchante, je dois dire que j'ai été déçue par ce roman. Il y a de très bon passages (j'ai adoré le passage sur la manière dont les sourds signent certains hommes politiques...), mais globalement, on se retrouve face à une juxtaposition de souvenirs manquant de liant...

Sa vision du monde des sourds, tout en étant je pense respectueuse, est assez crue. Elle semble prendre tout cela de très loin et porte un regard sur ses parents sans détour. La façon désinvolte avec laquelle elle parle de cela fait un peu penser à un Jean-Louis Fournier, mais en moins bien.

Je n'ai donc pas été touchée par cette histoire, même si le tout se lit très facilement.

 

Un extrait de la 4ème de couverture :

“ Salut, bande d’enculés ! ”
C’est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison.
Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu’ils sont sourds.
Je vais leur prouver que je dis vrai.
“ Salut, bande d’enculés ! ” Et ma mère vient m’embrasser tendrement. »

Commenter cet article

Clara Fannes 11/11/2014 11:07

Vos commentaires sont souvent justes et bien écrits. Accepteriez-vous de jeter un œil sur mon blog http://leshistoiresdeclara.blogspot.fr/ et de me donner votre avis? Merci

générateur de kamas 14/10/2014 13:58

Merci beaucoup pour cet article. Merci.