Le passeur

publié dans Littérature étrangère

Mon avis : 4-5.gif

 

Dans le monde (futuriste?) de Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage et le divorce n'existent pas. Il n'y a pas non plus d'inégalités et tout y est parfaitement réglé. Pour leur bien, les personnes trop âgées ou jugées inaptes par la communauté sont "élargies". Personne ne sait vraiment ce que cela signifie, mais tout le monde se réjouie de cette pratique.

Tous les habitants sont pris en charge et chaque classe d'âge se voit attribuer des pratiques qui lui sont propres. Douze grandes cérémonies, une par an, vont rythmer la vie des enfants. La 12ème est la plus importante car c'est lors de celle-ci que l'enfant va se voir attribuer son futur métier. 

Jonas, lors de cette cérémonie, sera désigné comme le futur "dépositaire de la mémoire". Une bien étrange fonction...

Un roman à classer dans les fameuses "dystopies", ou contre-utopie. L'ouvrage est destiné aux adolescents, mais mérite vraiment d'être lu par tous. Pour ceux et celles qui ont des ados, c'est peut-être même une formidable occasion de pouvoir échanger sur les thèmes de la liberté, du libre arbitre et du contrôle de nos vies.

Nous ne pouvons pas prendre le risque de laisser les gens faire des choix.
- Ce serait dangereux? suggéra le Passeur.
- Tout à fait dangereux, répliqua Jonas avec assurance.
Et si on les autorisait à choisir leur conjoint? Et s'ils faisaient le mauvais choix? Ou si, poursuivit-il en riant presque devant l’absurdité d'une telle hypothèse, ils choisissaient leur métier?

Commenter cet article

Marinny 24/07/2015 18:10

Franchement, un livre qui a l'air super bien ! Merci de tes explications détaillées, ainsi que ta présentation d'article qui est très travaillée, ou qui a l'air en tout cas... ;)

J'aime beaucoup ton blog que je viens de découvrir, et y repasserai sûrement bientôt !