La nuit de l'Oracle

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

nuit-de-l-oracle.jpgLa Nuit de l'Oracle
Paul Auster
235 pages
janvier 2006

4ème de couverture :
Après un long séjour à l'hôpital, l'écrivain Sidney Orr reprend goût à la vie. Mais il est accablé par l'ampleur de ses dettes et par l'angoisse de ne pas retrouver l'inspiration. Un matin, il découvre une nouvelle papeterie au charme irrésistible. Il entre, attiré par un étrange carnet bleu. Le soir même, dans un état second, Sidney commence à écrire dans ce carnet une captivante histoire qui dépasse vite ses espérances. Sans qu'il devine où elle va le conduire, ni que le réel lui réserve les plus dangereuses surprises... Virtuosité, puissance narrative, défi réciproque de l'improvisation et de la maîtrise : La Nuit de l'oracle précipite le lecteur au coeur des obsessions austériennes, dans un face à face entre fiction et destin. Comme si l'imaginaire n'était rien d'autre que le déroulement du temps avant la mort. Ou pire encore, son origine.

Mon avis : undefined

Paul Auster est pour moi une découverte, et quelle découverte !
J'ai longtemps boudé cet auteur en pensant - je ne sais pas pourquoi d'ailleurs- qu'il était ardu.
Il s'agit donc du premier roman de Paul Auster que je lis, et j'ai tout simplement été sous le charme : l'histoire (ou plutôt les histoires) est captivante, l'écriture est agréable, les errances dans New York sont très visuelles et les personnages semblent sortir du livre.

Dès le début , la plongée dans la création littéraire avec ce petit carnet bleu portugais tient une place très importante et amène le héros du roman à se poser des questions sur le " pourquoi écrit-on ? ".
Et d'ailleurs, en parlant de héros, qui est-il vraiment ? Celui qui écrit ? Celui que l'auteur a créé ? Paul Auster lui-même ? Ce genre de question et de thème peuvent sembler sans intérêt pour nous lecteur, mais c'est en fait tout le contraire. En effet, ce ne sont pas de simples angoisses d'écrivains (la fameuse angoisse de la page blanche) mais plutôt des angoisses sur la vie, le destin, le hasard...

La construction du roman est également toute particulière et c'est ce qui participe à son charme et son originalité : l'histoire à l'intérieur de l'histoire qui elle-même intègre une autre histoire...

Mais rassurez-vous, le lecteur n'est jamais perdu (sauf peut-être parfois par les notes de bas de page qui se poursuivent sur plusieurs pages. Il faudrait presque 2 marques pages : ceux qui l'on lu en version poche me comprendront !!)

Plongez-vous sans hésitation dans cet univers où imaginaire et réalité se mélangent pour ne former plus qu'un.

Une petite biographie de l'auteur a été faite chez Flo.
 

Commenter cet article

Alfieri Joëlle 27/11/2012 06:20

Bonjour Virginie,

Grâce à ta critique, j'ai découvert également Paul Auster et c'est une belle découverte... Merci.

Joëlle

(Petit coin de lecture - FB)

fred 02/05/2010 12:16


Je viens de le terminer, c'est un excellent livre même si j'ai été un peu déçu par la fin, beaucoup de portes sont ouvertes et Auster en referme très peu...
C'était le 2ème livre de P.Auster que je lisais après l'excellente trilogie new yorkaise et je vais bientôt m'attaquer à Leviathan...


Lou 09/04/2008 00:56

J'ai offert celui-ci à mon père et vu ta critique je vais maintenant le lui emprunter :) Paul Auster est un très bon narrateur... moi aussi je le croyais plus ardu, en réalité la lecture est un vrai plaisir. Je dois dire que je n'ai pas aimé un de ses premiers livres ("in the country of last things") et m'inquiète un peu concernant sa trilogie (avis mitigés) mais j'ai vraiment aimé mes autres lectures.

Flo 16/02/2008 13:10

Je suis ravie que ton premier Auster soit un succès ! Il ne faut pas s'arrêter en si bon chemin alors ;)