La consolante

par Virginie Moret

La consolante
Anna Gavalda
637 pages
Février 2008



Résumé :
Charles Balanda, 47 ans, architecte à Paris, apprend incidemment la mort d'une femme qu'il a connue quand il était enfant, et adolescent.
«
Il déchire la lettre et la jette dans la poubelle de la cuisine. Quand il relève son pied de la pédale et que le couvercle retombe, clac, il a l’impression d’avoir refermé, à temps, une espèce de boîte de Pandore, et, puisqu’il est devant l’évier, s’asperge le visage en gémissant.
Retourne ensuite vers les autres. Vers la vie. Se sent mieux déjà. Allez... C’est fini.
C'est fini, tu comprends ?
»
Le problème, c'est que non, il ne comprend pas. Et il n'y retourne pas, vers la vie. Il perd l’appétit, le sommeil, abandonne plans et projets et va essayer de comprendre pourquoi tour se fissure en lui; Et autour de lui. Commence alors un long travail de deuil au bout duquel il est obligé de se rendre à l’évidence : l’échelle de cette vie-ci est illisible et il faut tout rebâtir.

Mon avis :

Quelle déception !! J'avais adoré "Ensemble c'est tout" et j'étais très contente de retrouver la plume d'Anna Gavalda.
Et là, horreur, je ne sais pas ce qui est arrivé à l'écrivain...

Tout d'abord, le style : on ne sait pour quelle raison, mais tous les pronoms personnels ont été supprimés (voir l'extrait ci-dessus pour comprendre...) Mais qu'est-ce que c'est que cette coquetterie littéraire qui pour le coup n'apporte RIEN si ce n'est l'agacement du lecteur !!! Le style est haché, lourd et désagréable.

Quand bien même on essaie de passer au-dessus, l'histoire en elle-même est très lente à démarrer. Plus de 300 pages pour enfin entrer dans l'histoire. Ouf !! Mais 100 pages plus loin, tout retombe...
Il y a quand même quelques passages drôles et attandrissants, mais il faut les chercher !

J'avoue que j'ai peiné à le terminer et que j'ai fini par lire en diagonale pour arriver à une fin sans surprise...

Si vraiment vous voulez le lire, empruntez-le à quelqu'un ou attendez la sortie en poche, car franchement, 24,50 euros, c'est cher payé...
Commenter cet article

Audrey 29/11/2012 05:16

Je ne suis pas vraiment d'accord avec toi.
Je l'ai commencé une première fois lorsqu'il est sorti et là, comme pas mal de lecteurs,ça m'a soulé.... trop long, trop lourd, une écriture bizarre... bref moi qui termine toujours les livres que
je commence là j'ai pas pu. La vie"réelle"a donc repris ses droits et quelques années plus tard dans mes cartons de déménagement, je le retrouve et je me dis "faut quand même que tu le
termines!!!"
Et là... une espèce de révélation sur moi même. Un peu comme si, au delà de l'histoire de Charles, sa crise de la cinquante, je me retrouvais moi et surtout des émotions, des sensations et
certaines peurs aussi:la mort, la solitude,la nostalgie.
J'ai dû pleurer une bonne partie du livre tellement cela remontait des choses que je tiens bien enfouies le reste du temps.
Et je me dis que parfois certains livres, certaines musiques ou toutes formes d'art ne s'apprécient que lorsqu'on est prêt à en recevoir l'émotion qui s'en dégage, lorsque son parcours de vie fait
que l'on est prêt à se confronter à certains sentiments.

Mais ce n'est que mon avis... ;-)

Stitch&Winnie 07/02/2009 17:30

j'ai attendu de l'emprunter et ouf! j'ai été déçue aussi mais j'ai quand même bien aimé l'histoire. Dommge que ce soit aussi lnt

émilie 25/11/2008 20:45

C'est vrai que la belle nous avait habitué à mieux. Il faut lire la moitié du livre pour retrouver l'univers de Miss Gavalda. Sommes-nous devenus trop exigeants ? Peut-être mais après 4 ans d'attente, je suis déçue !

Nelfe 17/05/2008 01:52

Je ne suis pas d'accord avec vous. J'ai fini ce livre la semaine dernière donc son souvenir est encore frais. L'absence de pronoms m'a également dérangé au départ, il m'a fallut du temps pour m'y habituer. Mais sorti de là j'ai trouvé ce roman très fin, très beau. Toujours cette plume fluide et cette capacité à faire de ses personnages des êtres familiers. J'ai vraiment beaucoup aimé. Je viens d'en faire également une critique sur mon blog si l'envie vous prend d'y jeter un oeil... :)

Lou 29/04/2008 22:00

J'ai essayé de lire son recueil de nouvelles, je vais d'ailleurs tenter de le reprendre pour en parler sur mon blog mais je crois que je ne suis vraiment pas faite pour cet auteur... alors de là à m'infliger sa consolante ! :)

Virginie Moret 30/04/2008 08:02


Oui, le terme "infliger" est TRES approprié !!
Je n'avais pas trop adhéré non plus à son recueil de nouvelles...
Les engouements médiatiques pour certains auteurs sont parfois étranges!