06h41

par Virginie

publié dans Littérature française

Blondel.jpg06h41

Jean-Philippe Blondel

 

Mon avis : 3.gif

 

06h41, c’est l’horaire du train qui relie Troyes à Paris un lundi matin. Bondé, comme d’habitude.

 

Cécile Duffaut, 47 ans, revient d’un week-end chez ses parents. Elle est fatiguée de ces visites bi-mensuelles qu’elle effectue désormais seule, son mari et sa fille ayant finalement toujours mieux à faire que d’aller s’ennuyer à Troyes.

 

Dans ce même train, Philippe Leduc. Il n’y a plus qu’une seule place libre dans le train, et c’est à côté de Cécile. Il s’installe donc à côté d’elle. « Oh non, pas lui ! » s’exclame intérieurement Cécile. « Mais c’est Cécile ! », s’exclame intérieurement Philippe.

 

27 ans. 27 ans qu’ils ne se sont pas vus. A l’époque, ils ont été amants, quelques mois seulement, mais assez pour avoir été un épisode marquant de leur vie tellement ce fut un fiasco mais également un tournant.

 

Que vont-ils faire ? S’ignorer et feindre de ne pas se reconnaitre ? Se parler mais se parler de quoi, après autant de temps 

 

Les chapitres vont alors alterner les monologues intérieurs entre Elle et Lui, l’occasion de revenir sur leurs vies respectives, leurs évolutions professionnelles et sentimentales. Revenir sur l'époque de leurs 20 ans.

 

Je suis peut-être un peu jeune pour pouvoir m’identifier pleinement aux personnages, mais je trouve qu’on ne peut que se retrouver dans ce « que sont-ils devenus ? », « jamais je n’aurais imaginé ça d’untel ou untel quand nous étions à l’école » et surtout ces curiosités du destin et du « et si nous avions continué ensemble, où en serions-nous aujourd’hui » ?

 

Ce n’est pas un gros coup de cœur, mais une histoire agréable, banale sans être terne et dans laquelle on retrouve forcément une partie de soi.

Voir les commentaires

Les confessions de Mr Harrison

par Virginie

publié dans Littérature étrangère

gaskell.jpgLes confessions de Mr Harrison

Elizabeth Gaskell

 

Mon avis : 3.gif

 

« Il était une fois un fringuant jeune homme à marier », tel pourrait être le résumé de ce roman.

 

Mr Harrison est un jeune médecin londonien célibataire et son arrivée dans la province de Duncombe va mettre la gente féminine en émoi.

 

Les jeunes filles se parent de leurs plus belles robes, les mères organisent des thés et bals.

 

A celle qui saura la première obtenir la demande en mariage du plus beau partie de la contrée !!

 

Comme le titre l’indique, le récit est  en fait la longue confession de Mr Harrison à son ami Charles, venu lui rendre visite et qui lui demande comment il a réussi à conquérir le cœur de son épouse.

 

Un court roman victorien au charme désuet qui devrait plaire aux fans de Jane Austen.

Voir les commentaires

Petit traité d'intolérance

publié dans Littérature française

 Mon avis 3-5-copie-1.gif

 

Une bonne dose de rire pour 3 euros, ça vous tente ?  

Voici un livre que je n’aurais franchement pas eu l’idée d’acheter si je n’avais pas entendu une critique élogieuse sur France Inter. 

Charb, c’est un dessinateur satirique et le directeur de la publication de Charlie Hebdo, autant dire un univers que je fréquente très peu… 

Et bien je dois avouer que c’est finalement une très bonne découverte ! 

60 billets d’humeurs très courts (un page) sur tout ce qui l’énerve dans les petites choses du quotidien et qui lui donnent des envies de meurtre.  

 Chaque chapitre commence par « Mort à… », et cela va de « Mort à tu veux boire quekchose ? » à « Mort aux tongs » en passant par « Mort aux dessins d’enfants au bureaux » et « Mort aux serveurs sexistes ». 

C’est très acide, légèrement vulgaire mais la plupart du temps très drôle. J’étais sans arrêt en train de me dire « ah oui, ça c’est vrai ! ». 

Un petit extrait pour vous donner le ton :

Mort à « Tu veux boire quekchose ? » :


Cette formule obligatoire que prononce la personne qui vous reçoit chez elle est déjà insupportable. « Tu veux boire quekchose ? » Vous avez à peine franchi la porte, vous avez encore le manteau sur le dos que votre hôte vous demande si vous voulez boire quekchose […] On a toujours l’impression à ce moment-là qu’on vous prendre pour quelqu’un d’autre. Vous êtes un grand explorateur et vous venez de traverses à pied et sans une goutte de flotte le désert de Gobi. Pourtant, non, vous venez de trois rues de là, vous buvez consciencieusement vos deux litres de Contrex chaque jour et même ce midi vous avez pris un quart de rouge…

Si cet extrait pour a donné envie d’en lire plus, c’est que vous allez aimer le reste !

Juste pour info, ce livre était rangé au rayon « Sociologie » de mon libraire préféré…étrange !

Voir les commentaires

Délicieuses pourritures

par Virginie

publié dans Littérature étrangère

delicieuses-pourritures-photo-copie-1.jpgDélicieuses pourritures

Joyce Carol Oates

 

 

Mon avis : 4-5.gif

 

Joyce Carol Oates, c’est tout d’abord un écrivain qui m’a intrigué par son physique…et jusqu’alors pas franchement séduite ! joyce

 

Et bien comme on dit, il ne faut pas se fier aux apparences et je regrette de ne pas avoir franchi le pas plus tôt.

 

En effet, on avait beaucoup entendu parler d’elle lors de la sortie de son roman « Les chutes », prix Femina 2005. Mais elle écrit un nombre considérable de romans et nouvelles.

 

Ayant très peur de ne pas aimer son écriture, j’ai donc décidé de franchir le pas avec ce roman très court (126 pages), pas cher (4€) et au titre et thème intriguant (la vie d’un campus féminin dans les années 70)

 

Les « délicieuses pourritures », dont le titre est extrait d’un poème de D.H Lawrence, on est un peu dans le cercle des poètes disparus en version femme et surtout en version glauque…

Un titre qui d’ailleurs est terriblement bien choisi.

 

Gillian Bauer est étudiante en 3ème année dans cette prestigieuse université du Massachussets. Elle a 20 ans, elle est douée, et surtout, elle est amoureuse de son professeur de littérature, le charismatique Andre Harrow.

Il est marié à l’énigmatique sculptrice Dorcas, dont le thème de prédilection est la laideur. Gillian, comme la plupart des étudiantes, est littéralement fascinée, presque hypnotisée par ce couple sulfureux.

 

Et pourtant, leur professeur de littérature de les épargne pas. Le sujet retenu pour le semestre : écrire son journal intime et le lire à haute voix devant le classe. Gloire à celle qui saura « frapper la jugulaire » et dévoiler ses secrets les plus personnels !

 

Un livre très marquant, perturbant et oppressant qui me donne vraiment envie de découvrir les autres romans de l’auteur. Une très belle plume et une grande découverte !

Voir les commentaires

La double vie d'Anna Song

par Virginie

publié dans Littérature française

anna-song.jpgLa double vie d’Anna Song

Minh Tran Huy

 

Mon avis : 3-5-copie-1.gif

 

Musique et surtout piano : ce livre était fait pour moi !

 

L’histoire commence par un article de presse, publié quelques jours après la mort d’Anna Song.

 

Elle laisse derrière elle une œuvre considérable, 102 enregistrements, méconnus jusqu’il y a peu du grand public.

 

Quelques temps avant qu’Anna soit emportée à 49 ans par un cancer des ovaires, son mari, Paul Desroches, décide d’envoyer pudiquement quelques enregistrements aux plus grands critiques avec comme simple mot « Dites-moi ce que vous en pensez ».

 

L’engouement médiatique ne se fait pas attendre : Anna Song « la plus grande pianiste vivante dont personne n’a jamais entendu parler » ! Ou alors, la plus grande imposture musicale…En effet, il ne faudra pas beaucoup de temps pour se rendre compte qu’elle n’est pas la véritable interprète de ces œuvres…

 

La Songmania se transforme en quelques semaines en Annagate ! Mais pourquoi une telle supercherie ? Quel secret se cache derrière cela ?

 

Véritable hymne à l’amour dont la musique sera le trait d’union entre ces deux êtres. Une magnifique et troublante histoire sur fond de quête des origines et de passion.

 

Un roman qui plaira particulièrement aux mélomanes mais qui je pense peut toucher tout le monde.

 

Ce roman est inspiré d’une histoire vraie, celle de la pianiste Joyce Hatto : http://fr.wikipedia.org/wiki/Joyce_Hatto

Prix Drouot et le prix Pelléas en 2006

Voir les commentaires

La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert

par Virginie

publié dans Romans policiers

Harry-Quebert.jpgLa vérité sur l’affaire Harry Quebert

Joël Dicker

 

Goncourt des lycéens et Grand prix de l’académie française 2012

 

Mon avis :4.gif

 

Autant pour prévenir tout de suite : si vous mettez le nez dans ce roman, vous risquez de ne pas pouvoir décrocher !

 

Nous sommes aux Etats-Unis, en 2008, peu de temps avant que Barack Obama ne devienne président.

 

Marcus Goldman, la trentaine, est un auteur à succès. Oui mais voilà, le contrat qui le lie à son éditeur lui impose de fournir dans les prochaines semaines un nouveau roman, qu’il est incapable de sortir. Panne d’inspiration.

 

Alors, pour se changer les idées, il décide de partir dans le New Hampshire se ressourcer auprès de son ami et ancien professeur, Harry Quebert. Harry Quebert est un mythe, un modèle pour lui et pour l’Amérique toute entière. Il est en effet l’écrivain d’un célèbre roman « L’Origine du mal », écrit 30 ans auparavant et devenu culte.

 

Mais le mythe va être ébranlé par un horrible scandale : le fameux Harry Quebert se retrouve accusé du meurtre de la jeune Nola Kellerman, disparue en 1975 et retrouvée enterrée dans son jardin. Marcus refuse de croire à la culpabilité de son ami malgré les preuves accablantes et se décide à mener l’enquête afin de prouver son innocence. Et par là-même, voilà un sujet de roman tout trouvé…

 

J’ai vraiment apprécié la construction originale du roman : flash-back multiples, mises en abime, points de vus différents, rebondissements…700 pages qui défilent sans que l’on s’en rende compte !

 

Peut-être une idée à ajouter sur votre "wishlist" de Noël !

Voir les commentaires

Les apparences

par Virginie

publié dans Romans policiers

Les-apparences.jpgLes apparences

Gillian Flynn

 

Mon avis : 4.gif

 

Amy, la trentaine, est une jolie jeune femme au foyer. Elle est mariée à Nick, propriétaire d’un bar. Ils ont quitté New York deux ans auparavant après avoir perdu leur travail dans l'édition et tentent de reconstruire une nouvelle vie dans le Mississippi, dans la ville d’enfance de Nick.

 

Un couple en apparence on ne peut plus normal. Pourtant, tout bascule quand  Amy disparait brutalement le jour de leur 5ème anniversaire de mariage. La maison est un vrai chaos, faisant craindre le pire pour Amy.

 

Nick est très rapidement accusé par la police, tous les indices sont contre lui. Un peu trop simple ? Evidemment.

 

Et pourtant, à la lecture du journal intime d’Amy, nous découvrons peu à peu qui était réellement cet homme. La construction du roman est extrêmement bien faite, baladant comme il faut son lecteur. Les convictions que nous avions à un moment sur les personnages sont sans cesse remises en question.

 

Gillian Flynn nous passe au microscope la déchéance de ce couple d’une manière machiavélique.

 

A la fois suspense, drame psychologique et road movie, c’est un roman que l’on prend plaisir à dévorer. Une écriture très moderne et bourrée d’humour que j’ai vraiment appréciée avec parfois une tonalité proche de celle de la blogosphère.

 

A découvrir !

Voir les commentaires

L'amour sans le faire

par Virginie

publié dans Littérature française

joncour.jpgL’amour sans le faire
Serge Joncour
Mon avis : 4.gif
L’amour sans le faire, et surtout l’amour sans le dire. Quoi de plus difficile que d’évoquer ses sentiments à l’égard de ses proches…
Voici un roman polyphonique à l’atmosphère feutrée, pudique, teinté de nostalgie et de regrets, mais néanmoins tourné vers l’avenir.
Tout commence par un coup de téléphone. Après 10 ans de brouille avec ses parents agriculteurs, Franck décide de les appeler. Il tombe alors sur un petit garçon prénommé Alexandre. Etrange et troublante coïncidence : son frère décédé portait le même prénom. Cet enfant résonne comme une voix d’outre-tombe et fait resurgir un passé qu’il avait enfoui.
En parallèle, nous découvrons Louise, jeune femme au destin pas très gai…Elle a perdu son mari et survit grâce à un boulot à mi-temps à l’usine. L’usine tourne au ralenti, mais heureusement, les collègues sont là. Mais jusqu’à quand ?
Comme ce n’est pas un roman à suspense, ce n’est pas déflorer l’intrigue que de vous dire que les destins de Franck et Louise vont se croiser. Ils arrivent chacun de leur côté avec le fardeau de leur vie et leurs renoncements, un peu comme des boulets que l’on traine derrière soi. Et au milieu l’enfant, plein de vie, avec sa naïveté et son espièglerie.
C’est donc un livre plein d’humanité que j’ai découvert avec Serge Joncour. C’est vrai, c’est authentique et ça fait du bien de trouver ce genre de lecture. Et puis cette lecture vient juste après celle de « Cinquante nuances de Grey »…Alors c’est un peu comme passer du Mac Do au restaurant étoilé…
 
« Pas de cri, pas de souffle, pas d’éternité, on s’aime et on s’en tient là, l’amour sans y toucher, l’amour chacun le garde pour soi, comme on garde à soi sa douleur. »
 
Ce livre m’a été offert par Priceminister dans le cadre de l’opération « Les Matchs de la rentrée littéraire 2012 ». Je lui attribue la note de 16/20.
 
 

Voir les commentaires

Cinquantes nuances de Grey

par Virginie

publié dans Littérature étrangère

grey.jpgCinquante nuances de Grey

EL James

 

 

Mon avis : 2-5.gif

 

Pour celles et ceux qui sont passés à côté, Cinquante nuances de Grey est la traduction enfin sortie en France de Fifty shades of Grey, LE carton sado-maso-érotico-pipo de l’année  2011 chez les ménagères américaines !

 

Quoi, les américaines si puritaines se mettent à lire des romans érotiques ? 40 millions de lectrices dans le monde et des rayonnages vidés en quelques heures en France ? Incroyable…

 

La curiosité et le savant marketing ont fait le reste du travail : me voilà avec le roman dont tout le monde parle entre les mains !! A voir les différents statuts Facebook de mes amies, je constate que je ne suis pas la seule ;-)

 

Bon, il ne faut pas être bien avancé dans la lecture du roman pour se rendre compte que c’est très très mal écrit, bourré de répétitions et d’invraisemblances.

 

Anastasia, jeune étudiante (vierge) de 21 ans, remplace au pied levé sa copine pour aller interviewer Christian Grey, PDG milliardaire célibataire qui est le parrain de leur promo. Mais à peine entrée dans son bureau, paf, elle trébuche et se retrouve à quatre pattes devant cet homme séduisant de 27 ans (c’est probablement sensé exciter la ménagère ^^) Interview pathétique, trouble réciproque.

 

Quelle ne fut pas sa surprise lorsque ce fameux Mr Grey débarque quelques jours plus tard  à son travail pour la voir tel un prince charmant débarquant sur son cheval blanc (enfin son hélicoptère, car oui, Mr Grey se déplace en hélicoptère…)

 

La godiche Anastasia tombe amoureuse de son prince charmant mais celui-ci lui révèle rapidement qu’il a des pratiques sexuelles un peu particulières : il lui propose un contrat de jeu sexuels basés sur le SM…

Ana se demande alors si elle doit ou non accepter cela au risque de perdre l’homme qu’elle aime, mais bon, elle teste quand même la marchandise et les pratiques peu communes qu’il lui ordonne !

 

Alors que sa conscience est sans arrêt en train de la rappeler à l’ordre, son agaçante « déesse intérieure » fait des cabrioles de bonheur…

 

Et le lecteur se retrouve ainsi à attendre la prochaine scène « chaude » pour savoir à quelle sauce va être mangée notre vierge effarouchée… (qui soit dit en passant prend son pied à chaque fois –même la première- en quelques minutes grâce aux talents de l’étalon…féministes de tous pays, révoltez-vous devant ce cliché !!)

 

Sans pour autant mettre ce livre dans les mains d’une jeune fille de 12 ans, les passages dits porno BDSM sont quand même relativement soft. C’est un peu comme lire Twilight sauf qu’au lieu d’échanger des bisous, ils s’échangent des fessées ;-)

 

La force de ce livre, c’est quand même qu’on a envie d’aller jusqu’au bout, malgré le néant littéraire et la mièvrerie caricaturale des personnages ! Alors si vous vous laissez tenter par ce livre, soyez prêts à déconnecter un bon paquet de neurones. Mais bon, vous avez tous déjà regardé des niaiseries à la télé sur M6 ou TF1…bah là c’est pareil 

 

2 autres tomes sont en cours de traduction. Pas sûre cependant de poursuivre l’aventure « mummy porn » !

Voir les commentaires

Les oubliés de la lande

par Virginie

publié dans Littérature française

Les-oublies-de-la-lande.jpgLes oubliés de la lande

Fabienne Juhel

 

 

Mon avis : 3-5.gif

 

Imaginez un village inconnu de tous, qu’aucune carte de mentionne, auquel aucun chemin ne mène.

Imaginez un endroit où la mort n’existe pas, où personne n’est jamais malade et où personne ne vieilli.

Le rêve que tout le monde a déjà fait au moins une fois dans sa vie.

 

Une trentaine d’âmes ont trouvé refuge dans cette étrange contrée, dans ce « No death’s land ».

Mais un jour, aux portes du village, Tom, le plus jeunes d’entre eux, découvre un homme sans vie. La grande Faucheuse semble avoir trouvé le chemin des oubliés de la lande, faisant ainsi ressurgir les peurs de chacun et des passés plus ou moins avouables.

 

Le roman est construit un peu à la manière d’un roman policier : on mène l’enquête, on accuse, on trouve des indices…le tout dans une atmosphère onirique, hors du temps et de l’espace.

 

Une idée très originale de la part de l’auteur mais qui me laisse un peu sur ma faim. Si j’ai passé un très bon moment de lecture, j’aurais cependant aimé peut-être plus de réponses, plus d’analyse.

 

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>