Articles avec litterature etrangere

Le terrier

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

terrier

 

Le Terrier

Franz Kafka

 

Mon avis : 3.gif

 

Ce livre m'a été offert par Babelio dans le cadre de l'opération Masse Critique.

 

Le terrier est une nouvelle inachevée, l’un des derniers écrits de Kafka. Etrange, très étrange nouvelle.

Une petite bête dont on ne connaît pas trop la nature a construit un terrier pour se protéger des ennemis potentiels. Ce terrier est un véritable labyrinthe constitué de multiples galeries, de ronds-points et d’une place forte. Le narrateur (la petite bête) a peur en permanence de l’attaque, sauf que personne ne vient jamais ! Le moindre bruit lui fait peur, le sommeil l’angoisse. Enfin bref, il en devient paranoïaque.

A mon sens, le texte brut tel qu’il nous est livré est d’un intérêt moyen. Certes, Kafka sait très bien nous faire ressentir la quasi folie de son narrateur, le dédale dans lequel il s’est lui-même engouffré.

Pour apprécier à sa juste valeur cette nouvelle il faut je pense aller un peu au-delà et mettre en parallèle la vie de l’auteur. Il semblerait que le Terrier puisse être interprété comme une nouvelle très autobiographique. Kafka se comparaît semble-t-il très souvent à une bête dans un terrier, en proie au désespoir. De même, l’ennemi dont il est sans cesse question dans cette nouvelle peut être interprété comme une métaphore de sa maladie, la tuberculose (dont il est mort) et qu’il avait coutume de nommer  ainsi.

Alors je reste convaincue que cet ouvrage est à réservé à ceux qui veulent aller un peu plus loin sur l’auteur ou qui connaissent déjà bien l’univers kafkaien, sinon, on risque de passer à côté !

 

Lien vers le site Babelio pour voir des centaines d'autres critiques !

http://www.babelio.com/livres/Kafka-Le-terrier/31962/bloguer

 

Voir les commentaires

Les Belles endormies

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

belles endormiesLes Belles endormies

Yasunari Kawabata

1961

 

Mon avis : 4-5.gif

 

Etrange découverte !

 

Conseillé par un ami et trouvé à La Fnac dans le rayon "Littérature érotique", je ne savais pas trop à quoi m'attendre...

Je n'y ai pas trouvé ce que mon imagination m'avait initialement laissé penser

;-)

 

"Les Belles endormies", ce sont 4 nuits d'un homme de 67 ans, M Egushi, passées dans une maison très très particulière.

Une sorte de maison close très spéciale qui n'accueille que les vieillards (les soixantenaires apprécieront !), ou en tout cas, les "hommes de tout repos"...Pas besoin de faire un dessin, vous aurez compris !

 

Les hommes passent alors une nuit auprès d'une jeune fille, endormie au préalable par de puissants narcotiques qui "dorment d'un sommeil de mort".

 

La régle du jeu est simple : vous pouvez toucher, caresser, contempler, sentir, mais en aucun cas avoir de rapport sexuel avec elle. Terriblement frustrant, non ? Pervers ?

 

Lors de ces nuits particuières, Egushi se laisse cependant aller à ses souvenirs amoureux, une sorte de bilan de sa vie retracé au travers des femmes qui ont croisé sa route. Chaque adolescente lui inspire un puissant souvenir.

 

Alors, plus qu'un roman érotique, je dirais que c'est un ouvrage très mélancolique, très poètique aussi.

C'est langoureux, sensuel, lent sans être ennuyeux.

Plus que le désir sexuel, c'est la réflexion sur la vieillesse et l'approche de la mort qui sont les thèmes majeurs.

 

Seule la fin m'a sur le coup un peu déçue, mais finalement, cela ne pouvait être autrement ! 

 

Je me suis cependant demandé si ce genre d'endroit pouvait réellement exister...

 

A lire, mais il faut bien choisir son moment, son lieu. Probablement pas sur la plage...Enfin je pense !

Voir les commentaires

La chambre rouge

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

La chambre rouge

 

La chambre rouge

Edogawa Ranpo

Années 20

 

Mon avis : 4.gif

 

Incroyable découverte ! Edogawa Ranpo, anagramme d'Edgar Allan Poe, est considéré comme le fondateur du roman policier japonais.

 

5 nouvelles nous sont proposées dans cet ouvrage, (presque) toutes aussi étonnantes les unes que les autres (un petit bémol pour la dernière que j'ai moins aimée).

 

On a peine à croire que ces nouvelles ont été écrites au début du siècle dernier tellement l'écriture semble moderne.

 

Dans ces nouvelles, pas de policier en uniforme, mais du suspense et des histoire très bien ficelées avec des chutes dignes de ce nom.

 

La première nouvelle "La chenille" est de loin ma préférée : un mélange de cruauté, d'érotisme, d'ambiance si typiquement japonaise.

 

La seconde nouvelle "La chaise humaine" est également incroyable. Empreinte de fantastique et d'improbable. Un homme tellement laid décide de vivre à l'intérieur d'un fauteuil qu'il a fabriqué lui-même afin de pouvoir sentir et caresser les courbes des femmes qui s'y installent. Tout un programme !

 

Par certains côté, j'ai pensé effectivement à Edgar Allan Poe, à Roald Dhal mais aussi, de manière surprenante, à Amélie Nothomb. Cela ne m'étonnerait pas qu'elle se soit inspirée de cet auteur (surtout lorsqu'on connaît son passé japonais).

 

A lire !

 

Voir les commentaires

Quand souffle le vent du nord

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

quand-souffle-copie-1.jpgQuand souffle le vent du nord

Daniel Glattauer

Avril 2010

 

Mon avis :4.gif

 

Voilà un bon bouquin, simple, efficace. Pas de la grande littérature, certes, mais des personnages attachants auxquels on pense encore une fois le livre fermé.

 

Tout commence par un mail de résiliation d'abonnement à un magazine envoyé par Emma Rothner. Sauf qu'elle se trompe d'adresse et le mail atterrit par erreur chez un certain Leo Leike. Madame, vous vous êtes trompé, ah OK, désolée, merci de me l'avoir signalé. L'histoire aurait pu s'arrêter là, sauf que lors d'un mail groupé à l'occasion des voeux de la nouvelle année, Emma va de nouveau envoyer par erreur un mail à ce Leo. 

Zut, vous vous êtes encore trompé madame, décidemment ! Emma va répondre mais cette fois-ci, un dialogue va peu à peu s'instaurer avec des mails piquants, subtils.

 

Emma est mariée, Leo séparé. Les échanges de mails vont devenir de plus en plus fréquents, suscitant une certaine exitation réciproque. L'un et l'autre deviennent dépendants de cette petite enveloppe qui s'affiche au bas de l'ordinateur.

Quand il ne répond pas à ses mails, elle s'inquiète, s'énerve. Ils s'ont tout simplement en train de tomber amoureux l'un de l'autre par le simple pouvoir des mots...Est-ce de l'infidélité cette relation virtuelle ?

 

Ils décident de se rencontrer mais ne vont pas cesser de repousser cette fatidique rencontre physique. Et s'ils n'avaient rien à se dire ? Et s'ils devaient juste garder cette relation épistolaire, cette annexe dans leur vie ? Où cela peut-il les mener ?

 

C'est beau, c'est bon. Leo, tu voudrais bien aussi m'envoyer des mails comme ça ?

Voir les commentaires

Lettre d'une inconnue

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

zweigLettre d'une inconnue
Stefan Zweig
Septembre 2009
106 pages

4ème de couverture :

Un amour total, passionnel, désintéressé, tapi dans l’ombre, n’attendant rien en retour que de pouvoir le confesser. Une blessure vive, la perte d’un enfant, symbole de cet amour que le temps n’a su effacer ni entamer. L’être aimé objet d’une admiration infinie mais lucide. Une déclaration fanatique, fiévreuse, pleine de tendresse et de folie. La voix d’une femme qui se meurt doucement, sans s’apitoyer sur elle-même, tout entière tournée vers celui qu’elle admire plus que tout. La voix d’une femme qui s’est donnée tout entière à un homme, qui jamais ne l’a reconnue.
Avec Lettre d’une inconnue, Stefan Zweig pousse plus loin encore l’analyse du sentiment amoureux et de ses ravages, en nous offrant un cri déchirant d’une profonde humanité. Ici nulle confusion des sentiments : la passion est absolue, sans concession, si pure qu’elle touche au sublime.

Mon avis: 4.gif

Je pensais avoir tout lu de Stefan Zweig, et bien non ! Mon cher libraire a eu la bonne idée de dédier à cet auteur un présentoir et là, découverte !
Les éditions stock viennent de republier la nouvelle "Lettre d'une inconnue" avec une superbe préface d'Elsa Zylberstein.

A la fois horrible et sublime histoire d'amour, j'ai beaucoup aimé cette nouvelle. Zweig a le don de traiter une fois encore les sentiments les plus intimistes, les sentiments qui peuvent déchirer une vie.

L'histoire : une adolescente à peine sortie de l'enfance qui tombe amoureuse de son voisin de palier, et qui au fil des années va lui vouer un véritable culte en le considérant comme son unique amour, quitte à en tomber dans la quasi folie.

Lui, Don Juan, ne la remarque même pas. Leurs chemins vont pourtant se croiser à plusieurs reprises, mais elle ne sera à ses yeux qu'une belle femme parmi tant d'autres.

L'amour fait des ravages, jusqu'à en provoquer la mort.

Cette lettre, écrite sous forme de confession / testament est superbe. Elle attend, en silence, meurtrie et rongée par cet amour à sens unique. Un amour masochiste diront certains...


Voir les commentaires

La fenêtre panoramique

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

La fenêtre panoramique
Richard Yates
Mars 2005
528 pages

4ème de couverture :

April et Frank Wheeler forment un jeune ménage américain comme il y en a tant : ils s'efforcent de voir la vie à travers la fenêtre panoramique du pavillon qu'ils ont fait construire dans la banlieue new-yorkaise. Frank prend chaque jour le train pour aller travailler à New York dans le service de publicité d'une grande entreprise de machines électroniques mais, comme April, il se persuade qu'il est différent de tous ces petits-bourgeois au milieu desquels ils sont obligés de vivre, certains qu'un jour, leur vie changera... Pourtant les années passent sans leur apporter les satisfactions d'orgueil qu'ils espéraient. S'aiment-ils vraiment ? Jouent-ils à s'aimer ? Se haïssent-ils sans se l'avouer ?... Quand leur échec social devient évident, le drame éclate.

Mon avis :

La fenêtre panoramique, où le désastre d'un couple qui pensait avoir tout réussi dans sa vie, comme ses voisins et amis de banlieux chics à la Desperate Housewives des années 50.
Le symbole de la réussite : une belle maison, de beaux enfants, des mondanités et promotions professionnelles. Mais un jours (crise de la trentaine?) ils décident de tout plaquer pour vivre leurs rêves, ou en tout cas ce qu'ils pensent être leurs rêves...
Alors autant vous le dire, ce qu'il va se passer ensuite dans leur couple est tout simplement horrible. Pas de meutre en vue mais une violence psychologique assez déroutante et qui ne va cesser de s'agraver au fil des pages.
Ce roman a été porté à l'écran il y a quelques mois avec Léonardo Di Caprio et Kate Winslet. Je ne l'ai pas vu, mais en tout cas, c'est grâce à cette adaptation cinématographique que le livre a été remis en avant dans les livrairies.
Enfin une belle découverte mais avec un thème que j'ai trouvé légèrement trop dur et pesant.

Voir les commentaires

La femme du cinquième

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

La femme du cinquième
Douglas Kennedy
septembre 2008
409 pages

4ème de couverture :

Jeté hors de chez lui par sa femme, loin de sa fille et renvoyé de son poste de professeur d'université, Harry Ricks n'a plus grand-chose à perdre. Réfugié à Paris, ses seules perspectives sont d'aller au cinéma et de tenir le plus longtemps possible avec ses maigres économies. Sans le sou, il découvre bientôt, lui l'intellectuel américain, une ville sordide, celle des marchands de sommeil, des clandestins et des combines louches. Aussi, quand il rencontre Margit, femme élégante et sensuelle, il plonge avec délice dans le jeu de séduction dont elle édicte les étranges règles. Un jeu troublant, plein de plaisirs, de mystères, et, ce qu'Harry ignore encore, de dangers…



Mon avis :

Pour moi, lire un Douglas Kennedy est un peu une sorte de valeur sûre lorsque l'on ne souhaite pas s'ennuyer dans le train à cause d'un mauvais choix de bouquin.

Comme à son habitude, Douglas Kennedy va nous raconter l'histoire d'un homme qui avait une vie de rêve et qui peu à peu va tout perdre pour ensuite rebondir. La descente aux enfers est, comme dans d'autres de ses romans, bien pire que ce que l'on peut imaginer.

On rentre très facilement dans le roman et le style est simple et percutant. Harry devient très vite un personnage attachant qui va peu à peu vivre les pires galères lors de son installation à Paris. Des mauvaises rencontres, des arnaques, des jobs asardeux...Un Paris très sombre s'offre à notre Américain (avec au passage quelques clichés sur la France...)
Puis vient enfin l'espoir avec la rencontre de cette femme énigmatique lors d'une réception mondaine.

L'histoire pourrait sembler totalement huilée et prévisible, sauf que rien ne se passe comme on s'y attend.

Et c'est là où je vais mettre un gros bémol. Autant j'ai beaucoup aimé la 1ère moitié du roman, autant la suite m'a plutôt laissée perplexe...Des invraissemblances et des rebondissements on ne peut plus tirés par les cheveux...Je ne peux pas en dire plus au risque de dévoiler la fin, mais pour le coup, je n'ai pas trop adhéré...

Dommage car l'histoire aurait pu être bien mieux en prenant un autre chemin. J'en ressort avec un sentiment mitigé et un pointe d'agacement...J'ai un peu l'impression de m'être fait "arnaquée".


Voir les commentaires

Tentation

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

Tentation
Twilight tome 2
Stephenie Meyer


4ème de couverture :

" Tu ne me reverras plus. Je ne reviendrai pas. Poursuis ta vie, je ne m'en mêlerai plus. Ce sera comme si je n'avais jamais existé. " Rejetée par celui qu'elle aime passionnément, Bella ne s'en relève pas. Fascinée par un vampire, comment pourrait-elle retrouver goût à la pâle existence humaine ? Pourtant il faut vivre. Mais Bella n'a de goût pour rien, sinon le danger : alors elle entend la voix d'Edward, et éprouve l'illusion de sa présence. Comme s'il ne l'avait pas abandonnée, comme s'il tenait encore à elle. Bella échappera-t-elle à cette obsession amoureuse qui la hante ? A quel prix ?

Mon avis :

Autant le 1er opus de Twilight m'avait tout simplement ensorcelé, autant ce 2ème tome m'a un peu laissé perplexe...et m'a profondément ennuyé !

La magie n'a pas opéré cette fois-ci et je me suis dit "bien fait, tu n'as qu'à pas t'embarquer dans des romans pour adolescentes!" J'exagère un peu, mais c'est ce que j'ai ressenti.

Le scénario est pour moi tiré par les cheveux, les états d'âme de Bella s'éternisent pendant des pages et des pages.

Et le fameux Edward, qui à mon sens fait l'essentiel de l'intérêt de cette série, n'apparaît que très très tardivement. On se prend quand même un peu d'affection et de pitié pour Jacob, qui occupe une place majeure dans le roman.

Mais à part ça, bof bof.

La question est : vais-je ou non continuer la série après un 1er tome aussi génial et un second aussi décevant ?? A voir...Ceux qui ont lu la suite pourraient peut-être me dire si cela vaut la peine !

Voir les commentaires

Histoire de l'oubli

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

Histoire de l'oubli
Stefan Merrill Block
janvier 2009

4ème de couverture :

Histoire de l'oubli raconte, des années 50 à la fin des années 90, l'histoire d'une famille frappée de génération en génération par une forme précoce de la maladie d'Alzheimer. Seth, un adolescent surdoué, conscient que ses parents lui ont toujours caché les secrets du passé familial, se lance dans une véritable enquête sur ses origines. A quelques centaines de kilomètres de là, Abel Haggard, un vieil ermite bossu, ne vit plus que de souvenirs, attendant le retour de sa fille dont il n'a plus de nouvelles depuis plus de vingt ans. Et si la rencontre improbable de Seth et Abel parvenait à rompre l'engrenage de la malédiction? Fait de tragédie mais aussi d'humour et d'espoir, un grand livre plein d'émotion, qui ne vous lâche pas.




Mon avis :

Voilà un roman comme je les aime : dense, intelligent et émouvant.

Le thème principal de ce roman concerne la maladie d'Alzheimer, et plus particulièrement une variante très peu connue qui touche les jeunes adultes à partir de 30 ans.

Cependant, l'histoire telle qu'elle nous est livrée n'est absolument pas morbide.

Le roman est articulé autour de l'alternance de chapitres sur Seth, le jeune adolescent dont la mère tombe malade; l'histoire d'Abel et de son amour impossible pour sa belle-soeur; l'histoire d'Isidora, ce pays imaginaire dont la légende se transmet de génération en génération; les informations scientifiques sur la maladie collectées par Seth.

J'ai beaucoup aimé chacune de ces parties, même si parfois, on aimerait que cela avance un peu plus vite.

L'histoire d'Abel est très poignante et le comportement de Seth prêt à tout pour sauver sa mère est remarquable.

Et puis par dessus tout viennent se mêler les lourds secrets de famille tels qu'on peut les retrouver dans les grandes sagas. Le lecteur comprend peu à peu quels sont les liens qui unissent les personnages, mais le tout est subtilement amené.

Une bonne découverte pour ce roman écrit par un tout jeune romancier de 26 ans...


J'ai reçu ce livre dans le cadre de l'opération Masse Critique, organisée par Babelio.

Voir les commentaires

Fascination tome 1

par Virginie Moret

publié dans Littérature étrangère

Fascination, tome 1
Stephenie Meyer
Novembre 2005
525 pages

4ème de couverture :

Bella, seize ans, décide de quitter l'Arizona ensoleillé où elle vivait avec sa mère, délurée et amoureuse, pour s'installer chez son père, affectueux mais solitaire.

Elle croit renoncer à tout ce qu'elle aime, certaine qu'elle ne s'habituera jamais ni à la pluie ni à Forks où l'anonymat est interdit. Mais elle rencontre Edward, lycéen de son âge, d'une beauté inquiétante. Quels mystères et quels dangers cache cet être insaisissable, aux humeurs si changeantes ? A la fois attirant et hors d'atteinte, au regard tantôt noir et terrifiant comme l'Enfer, tantôt doré et chaud comme le miel, Edward Cullen n'est pas humain.

Il est plus que ça. Bella en est certaine. Entre fascination et répulsion, amour et mort, un premier roman... fascinant.

Mon avis :

Un roman qui pour le coup porte très bien son titre ! C'est franchement fascinant !

Je n'ai pas réussi à décrocher pendant 3 jours tellement j'ai été captivée par l'histoire, mais surtout par les personnages.

Ce Edward Cullen arrive à envoûter la jolie Bella, héroïne du roman, mais également le lecteur (on en tombe presque amoureuse, mais chut!!!!)

Je n'en dirai pas plus sur le personnage d'Edward car je pense qu'il est plus agréable pour le lecteur de découvrir par lui même.

J'ai aimé me retrouver dans l'univers de Bella : un vrai coup de jeune ! Ca pourrait ne pas plaire à certains car nous sommes quasi uniquement dans un univers d'ado : lycée, cours, copains, bal, sorties...

La chose amusante concernant ce livre est que je l'ai acheté sans savoir de quoi il s'agissait. Je l'ai juste pris car il se trouvait en tête de gondole et que la couverture était belle.

Je me suis ensuite rendue compte que le roman était publié par Hachette jeunesse et qu'il y avait un véritable phénomène autour de cette série (4 tomes) L'adaptation cinématographique est d'ailleurs sortie cette semaine (Twilight) !

Enfin si la lecture d'un Harry Potter vous a plue et que vous avez gardé dans le coin de votre tête une âme d'enfant, vous devriez apprécier Fascination.

Une seule chose à dire : vite vite, il faut que je lise à suite !!!!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>