Articles avec litterature francaise

Neige

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

neige.jpgNeige

Maxence Fermine

 

 

Mon avis : 4-5.gif

 

Nous sommes au Japon, à la fin du 19ème siècle. Yuko est un jeune déterminé.

Il ne sera ni prête ni guerrier comme le souhaite son père, mais poète. Il veut écrire des haikus, ces poèmes en 3 vers et 17 syllabes.

Il va parcourir un long voyage à travers les montagnes du Japon pour se former auprès d’un maître renommé.

La neige le fascine et tous ses poèmes sont blancs, limpides. La rencontre avec le maître va le mener petit à petit vers la couleur, lui étendre son horizon.

L’histoire est simple et pour tout dire, il ne se passe pas grand-chose. Mais qu’est-ce que c’est beau, aussi bien dans le fond que dans la forme.

Une pause lecture totalement zen !

Il paraît que "Le violon noir" du même auteur est très bien également

Voir les commentaires

Le voisin

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

le-voisin.jpgLe voisin

Tatiana de Rosnay

Avril 2010

 

Mon avis : 4.gif

 

De Tatiana de Rosnay, je connaissais "Elle s'appelait Sarah", que j'avais adoré et "Boomerang" qui m'avait franchement ennuyé.

Comme quoi il ne faut jamais rester sur une impression négative !

 

"Le voisin" est un roman hyper captivant, très bien mené et que l'on dévore littéralement en quelques heures. Un bon thriller psychologique, même si parfois les ficelles sont un peu grosses.

 

Colombe est une jeune femme mariée, mère de jumeaux de 11 ans, un peu engluée dans une vie "petite bourgeoise". Elle travaille à mi-temps en temps que "nègre" chez un éditeur et passe le reste de ses journées dévouée à sa petite famille, en s'oubliant largement au passage.

Son mari n'est pas souvent là, pris par ses nombreux déplacements professionnels.

 

Tout bascule le jour où la famille aménage dans un nouvel appartement. L'appartement est charmant mais dès les premiers jours, l'enfer va commencer pour Colombe. Les nuits, enfin juste les nuits durant lesquelles le mari de Colombe n'est pas là, le voisin du dessus va se livrer à du tapage nocturne répété. Musique à fond, meubles qu'il déplace...

Colombe va en perdre le sommeil. Personne ne la croit, puisque ce voisin médecin est "si adorable" ! Et son mari ? Il la prend pour une folle car il n'entend jamais rien...

 

Sa vie tranquille et monotone est définitivement rompue...

Voir les commentaires

En cas de bonheur

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

9782290353622En cas de bonheur

David Foenkinos

190 pages

2007

 

 

Mon avis : 3.gif

 

Ce n’est probablement pas le livre de Foenkinos que j’ai préféré, mais il faut dire que la barre est haute avec "La Délicatesse" ou "Nos séparations" lus récemment.

Claire et Jean-Jacques vivent ensemble depuis 8 ans. Ils ont une petite fille, Louise. Histoire banale cependant d’un couple dont l’amour passion s’est érodé avec le temps.

Jean-Jacques trompe Claire, Claire le découvre, ils se séparent. Mais de toute façon, cette séparation aurait eu lieu.

David Foenkinos a beaucoup d’humour, mais dans ce livre un peu moins que dans les autres. C’est parfois un peu plat ce qui est dommage car l’histoire est sommes toute plutôt déjà lue.

Un gentil vaudeville tel qu’on pourrait le voir dans une pièce de théâtre de boulevard ou dans une série télé.

Agréable, facile, divertissant. Mais c’est tout. Enfin c'est déjà pas mal !

 

Voir les commentaires

Le piano de satin

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

piano-de-satin.jpgLe piano de satin

Geneviève Convain

113 pages

 

 

Mon avis : 4-5.gif

 

Merci beaucoup à cette nouvelle édition de masse critique de Babelio qui m’a fait découvrir un livre que je n’aurais très probablement jamais acheté (thème peu encourageant, auteur inconnu..)

Mais alors, quelle belle découverte ! Sur le thème de la fin de vie, Geneviève Convain nous livre un court roman tout en délicatesse, avec une plume exquise.

Germain vit ses derniers jours et sa fille Gaëlle décide de l’aider à partir le plus dignement possible, en restant auprès d’elle et de ses proches plutôt que de retourner dans sa maison de retraite. Quitte à mettre en danger son couple, quitte à susciter l'incompréhension de certains membres de sa famille.

La cellule familiale se recompose alors autour du patriarche, « Papillou », qui n’est déjà plus tout à fait là et les souvenirs affluent. Le souvenir de l’épouse décédée, le souvenir de ce fils Guillaume parti trop tôt, avec comme toile de fond les note de musique d’un piano et les rires d’une petite fille.

Loin d’être triste, ce roman est avant tout très touchant et parlera certainement au plus grand nombre. On pensera forcément à un grand-père ou à ses propres parents et on se questionnera sur le « que fera-t-on le moment venu » ?

 

Voir les commentaires

L'origine de la violence

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

l-origine-de-la-violence.jpgL'origine de la violence

Fabrice Humbert

Janvier 2009

 

Mon avis : 4.gif

 

Shoah, secret de famille, réflexion philosophique, en voici un livre bien riche et qui mérite le détour !

 

Lors d'un voyage de classe à Buchenwald, un jeune professeur trentenaire tombe par hasard sur une photo d'époque sur laquelle l'un des détenus ressemble étrangement à son propre père. Très rapidement hânté par cette image, le professeur va mener son enquête pour remonter à sa propre origine tenter de reconstituer pièce par pièce le puzzle.

 

Petite et grande Histoire vont se superposer, un peu comme le ferait un Philippe Claudel.

 

Les camps de concentration, la littérature en est déjà plus qu'abondante, mais avec ce roman, on approche les choses d'une manière différente, plus personnelle, plus introspective. On se pose soi-même des questions sur ce besoin de savoir et de comprendre cette période. Pourquoi les livres sur cette période font-ils encore autant recette de nos jours ? (cf le succès des Bienveillantes de Littel)

 

Un roman policier de l'intime en quelque sorte, avec une approche intelligente. Des réflexions qui raisonnent encore dans nos têtes une fois le livre fermé.

 

 

Prix Renaudot poche 2010

 

 

Voir les commentaires

Une forme de vie

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

nothomb-copie-1.jpgUne forme de vie

Amélie Nothomb

Août 2010

 

Mon avis :1.gif

 

Comme chaque rentrée, Amélie ne déroge pas à la tradition de nous offrir une nouvelle publication.

 

Alors de mon côté, c'est devenu depuis plusieurs années une sorte de rituel : il y a l'achat du nouvel agenda, et l'achat du nouveau Nothomb.

 

Sauf que depuis plusieurs années, c'est un peu la soupe à la grimace et des ouvrages en demi-teinte...

 

Et bien cette année, c'est le pompon !! Mais c'est quoi cette daube ?!?

 

Sur le thème du courrier des lecteurs, Amélie nous sert un roman ennuyeux, répétitif, même pas drôle.

J'ai souvent eu envie de lui écrire car elle a la réputation de répondre à tous ses courriers. Après la lecture de son livre, je n'ai plus du tout l'intention de le faire.

Certes, c'est un "roman", mais j'ai trouvé pas mal de ses propos méprisants vis-à-vis de ses lecteurs. Et on la sent exaspérée par ce trop plein de courriers "sans intérêt". Bah oui Amélie, la rançon de la gloire...Désolée, nous n'avons pas tous des vies aussi palpitantes que la votre.

 

Mais si l'on revient au thème central du roman, un échange épistolaire avec un soldat américain basé à Bagdad, et bien rien de bien folichon quand on connait l'imaginaire dont est habituellement capable Amélie. Je n'ai presque pas retrouvé son univers, sa loufoquerie qui fait son charme. Seule la fin réveille un peu le lecteur, et encore...

 

Allez, pour finir sur une note positive : le roman est très court, et en une heure, le supplice est terminé. A l'année prochaine Amélie, en espérant pouvoir mettre cette fois 5 belles étoiles...(enfin a fait quand même plusieurs années que j'ai envie de les mettre, en vain !)

Voir les commentaires

Boomerang

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

boomerang.jpgBoomerang

Tatiana de Rosnay

Avril 2010

 

Mon avis : 2-5.gif

 

 

Autant le précédent livre de cet auteur m'avait fortement marqué ("Elle s'appelait Sarah"), autant "Boomerang" appartiendra probablement à la liste des bouquins aussitôt oubliés la dernière page tournée.

 

L'intrigue commence pourtant très bien. Antoine et Mélanie, frère et soeur quadra, s'offrent un week-end sur les traces de leur enfance. Sur la route du retour, Mélanie décide de révèler quelque chose à son frère lorsque survient l'accident.

 

Mélanie se retrouve dans le coma. Antoine va alors décider de renouer avec son passé et part sur les traces de la mort de leur mère, alors âgée de 35 ans.

 

On découvre une famille avec ses secrets, ses non dits, ses ados qui ont grandi trop vite, ses divorces, ses blessures. Une vie ordinaire comme chacun pourrait la connaître avec LE secret en plus.

 

J'ai trouvé le tout un peu plat, manquant de rythme avec une chute sans éclat. On dirait du Anna Gavalda fatiguée....

 

 

 

Voir les commentaires

Parents ? Au secours

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

Nico.pngParents ? Au secours

Nico

Editions Volpilière 2010

 

 

Mon avis : 3-5.gif

 

Dans le cadre de l'opération "Masse critique" de Babelio, j'ai cette fois-ci décidé de choisir une BD au titre évocateur pour moi en ce moment !

 

Je suis en effet maman d'un petit lardon de 4 mois, et oui, j'avoue, j'ai eu plein de fois envie de crier Au Secours !!!!!!!!!!!!

Mais si mais si, c'est le plus grand bonheur du monde, mais parfois, on aimerait qu'il y ait un bouton stop...

 

Alors me voilà avec cette BD, enfin plutôt ce livre de dessins humouristiques, très (très!) rapidement lu.

 

Dessins en noir et blanc un peu grossiers, textes un peu lourds parfois, surtout dans l'évocation de la grossesse (c'est bien un mec qui a écrit ça, pas de doute!!!)

 

Par contre, je me suis délecté de toute la partie "post accouchement" : l'arrivée de l'enfant à la maison et sa série de ouin ouin !

 

C'est très bien vu et je me suis reconnu dans pas mal de passages.

 

Alors à ne surtout pas offrir à de futurs parents au risque de les démoraliser mais plutôt à ceux qui sont passés par là et qui se souviendront avec émotion de ces fabuleuses premières semaines...

Voir les commentaires

La délicatesse

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

la-delicatesse.jpgLa délicatesse

David Foenkinos

201 pages

Juin 2009

 

Mon avis 4.gif

 

Que j'aime les romans comme celui-ci ! Belle écriture, belle histoire, le tout agrémenté d'une pointe d'humour.

 

J'avais déjà découvert l'auteur avec le surprenant "Le potentiel érotique de ma femme", que je conseille également.

C'est avec autant de bonheur que je retrouve sa plume dans son nouveau roman.

 

L'histoire, c'est celle d'un amour brisé, celui de Nathalie. Alors qu'elle filait le parfait amour avec François, celui-ci meurt brutalement, renversé par une voiture.

 

La tranquille Nathalie pour qui l'avenir semblait tout traçé se retrouve du jour au lendemain seule. Jamais elle n'aura d'enfant avec cet homme, jamais elle ne se souviendra du dernier mot qu'il lui a glissé à l'oreille.

 

Alors elle se plonge dans son travail chez Ikéa, gravit les échelons, mais tel un automate encore abasourdi par le choc de la perte de François.

 

Cependant, Nathalie est une belle femme et elle ne tardera pas à être courtisée.

 

Elle n'a plus la tête à ça, jusqu'à la rencontre d'un homme improbable qui saura la surprendre et l'extirper de son long sommeil affectif, tout en délicatesse.

 

C'est doux, c'est charmant et rafraîchissant.

 

Voir les commentaires

Chaque femme est un roman

par Virginie Moret

publié dans Littérature française

alexandre-jardin.jpgChaque femme est un roman
Alexandre Jardin
Avril 2008


4ème de couverture :

Parfois, il me semble que les femmes sont des tremplins vers le fabuleux.

Écrivaines pour la plupart non pratiquantes, elles produisent de la prose intérieure destinée à tromper leurs déceptions et à soigner leurs rêves. Changent-elles de métier, d'amant ou d'opinion ? C'est d'abord une césure, un rebond de style, un chapitre qui se tourne. Adressent-elles une oeillade à un passant ? C'est un best-seller qui débute. Depuis mon plus jeune âge, je sais que chaque femme est un roman. Voici en quelque sorte mes études littéraires, blondes et brunes.


Mon avis : 3.gif

Ce livre m'a été offert par les éditions Grasset dans le cadre de l'opération "Masse Critique" de Babelio.

Alexandre Jardin et les femmes, c'est traditionnellement tout un roman. Dans ce livre, Alexandre Jardin va achever sa trilogie familiale (le "Zubial", roman dont le thème est son père et "Le roman des Jardin" centré autour de sa famille)
Ici, il va s'agir en quelque sorte des femmes de sa vie, de celles qui ont jalonné son parcours, depuis son enfance jusqu'à l'âge adulte.

Le livre est décomposé en 6 catégories : ce qu'il croyait savoir de l'amour, hors du carré, oseries &cie, les délires bienfaisants, vaccins contre le pire, ce qu'elles m'ont appris en me blessant.

Chaque femme est un roman, autrement dit, chaque rencontre fait l'objet d'une sorte de petite nouvelle, de quelques lignes à quelques pages.

On reconnaît bien le style "Jardin", mais justement, il faut je pense bien connaître le style Jardin pour apprécier ou même comprendre ce livre. A mi chemin entre l'autobiographie et l'imaginaire.

Je pense que ce livre n'est pas à lire d'une traite, mais plutôt par petit morceaux, un peu chaque jour, en piochant par hasard au gré des envies et du temps.

Certains portraits de femmes sont très touchants, d'autres très barbants...
J'ai particulièrement apprécié le portrait de cette banquière qui vivait par procuration la vie de la famille Jardin au travers des relevés de carte bancaire !

Néanmoins, ce n'est pas le meilleur Alexandre Jardin, mais ça se laisse lire...
 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>